Archives de Catégorie: fonds noirs

formes de peu — 194

on sait la nef  stèle
et puis la crypte à même
la  dalle  terre nue
dessous le chant.


formes de peu — 192

le saule a gardé
dessous lui ses ombres

sortir — sans rien autre puisqu’il faut
marcher dans le jour
brume —  sans rosée
la lumière sèche
brume —  sans rosée

un feuillage encore
colore — mais quoi.


a_symétrie — 198

saison sèche et nue
le reflet des mondes
sous un ciel trop clair

l’alphabet des ombres
tremble sur l’étang
son absence même

ici peu à peu
la douceur éteint
cela qui s’endort

un linceul voile le regard les yeux — et puis la cendre. et tout s’efface.


passage au noir

PA261214nb2

… et entendre là, avant qu’il ne commence, tout un Winterreise.


…jouer

PA261214

… même pour rien, même pour qui n’entend pas
pour la haute adresse seule.


a_symétrie — 175

jardin
comme rouge de soir
mais déjà annuité

les allées font silence
dessous les arbres

le sable un recueillement

— et le vent
tourne nord

d’attendre les grands ciels
qu’ouvre delà la chute
le possible de l’hiver.


formes de peu — 169

ce lieu que sont le vent plus froid
les corps se brise

le feu que furent
d’abord les cendres

ce sont des arches
et que leur fer rouge
ploie — sans visage tout lointain
quoi passe souffle là

à même chair
une quelque nuit nue.


a_symétrie — 172

outre la friche
les ombres de fer
mêlées insensées
sans direction
ni lien ni rien

vers quoi ce peu quel souffle là-bas
si cela est
— une évidence —  que souffle là-bas
toutes les chacune des aubes songe
sinon l’évidence irrévocable
qui anime les feuillages.


formes de peu — 168

des routes mais sans
voie ni aucun soir
— quel devenir hante
juste plus obscur.


formes de peu — 167

ce peu de couleur
tombé sur la flaque
ramifie d’absence au proche
la lumière même

les jours plus ténus
et la nuit avance
ce un feu sans chaleur étoiles
ces jours plus ténus
— le jour continue
quelque sans autre rivage passage.