Archives de Catégorie: hors

formes de peu — 95

nuit toute comme

dépli d’un autre
souffle sur les cimes
et la lumière
ne résigne rien

un autre proche
naissante —  une aile.


formes de peu — 86

fragments — des copeaux tombent
— la cognée frappe vive —
l’élagueur invisible
achève son ouvrage
son ouvrage achevé

on quoi chante à mi-voix
un au répons sans écho
une larme roule
— la sève vie immémoriale.


forme de peu — 85

quel le passeur sous
l’arche des silences
sa  parole vraie
delà toute langue.


hors — 45

sur l’enclume le jour
des marteaux battent fer
rouge comme étincelle

retour amont —  le fleuve
les barques — les absentes
un halage de pierres

où encore reprendre
pas — l’averse vient luire
en reflets épars — uns.


formes de peu — 82

la brûlure d’être
tout un monde ici
que la nuit reprend
à jamais perdure
delà le néant.


varia — 28

rien — sinon le vent
un souffle de bleu
où la neige tombe
lointaine devant

soi et le pas
qui demeure toujours
à faire– haut
vers l’intangible ombre

brûlent vibrent les couleurs
toutes
delà chaque forme
— l’éphémère.


hors — 44

on a cherché là
sans aucun savoir
sinon celui que

le vent

la furie aveugle
sculpte dans l’ouvert
ce cristal pour rien

au bout
debout

cela que le gel
ni le temps n’ont pu
corroder atteindre ni rompre

— marcher.


hors — 42

un regard aveugle
à l’angle des murs blancs
le regard s’aveugle
d’être ce qui seul

de peu encore

muet s’en va là
sans même un écho
emporte excède  la voix outrepasse
le simple visible

la friche nue

parmi deçà chaque chose
lointaine innommée
où la voix se brise perd
parmi chaque chose
lointaine innommée

quoi est perdu.

 

 


hors — 41

l’empreinte du gel
laissée à rivée par la nuit
et des flaques fractales brûlent

blanches brûlent le regard
quand le jour se lève
— à l’orée des arbres

les cristaux de glace
— des eaux phréatiques
— tout un ciel figé

juste là aller
l’hiver dans les arbres
sans rien autre un souffle.
l’hiver dans les arbres.


hors — 40

la morsure du gel
au décours de l’hiver
les arbres dénudés

un sillage de terre
formes noires que couvre
doucement une neige

comme le jour retourne
où les formes ombres s’effacent.