Archives de Catégorie: hors

hors– 39

d’une nuit l’autre
sans que même un jour
ne soit du chant

dans l’hiver — l’oiseau —  très lointain
abrité là
— qu’est-il dont le cœur

tout soudain se serre.


formes de peu — 70

soudain sans — la nuit
froide fige l’heure
— des rouages drossent creusent
l’immobile l’immuable rien.


hors — 38

dire encore peu
de tout ce qui est
l’horizon absent

et la neige neuve
comme chaque nuit
tombée se renoue

à son évidence
d’être une et multiple
voie au loin du fleuve.


hors — 37

ici– comme toute
chose passe et heurte
le sol mat hors gel

luit sous l’averse
mêlée de neige
un peu de temps terne

tourne sans éclat
mais vers quoi  —
le jour pauvre va

une voix aveugle psalmodie absentée.
.


hors — 36

les branches inverses
nues et comme emportées
delà toute surface

la pierre plus sombre
du loin brille ici
sous le fleuve la crue

et le gué des possibles
ces galets plus nets
sur la rive encore

tout un monde instable.


hors — 35

le jour désormais
l’aube perce plus
vite vive la nuit toute

à regret du gris
des lignes de haie
ces formes de peu

usées aux passages
mais toujours ici
révélées et simples

riens — elles aussi
— la vitre embuée
des matins nos ces reflets– mais sans

noms pour dire quoi.
et nous parmi — quoi
de nous partis sans
.


hors — 35

ce dehors comme
sans fin vide
et quoi dénoue

de nous l’autre
nuit l’absence
toute de tout

quand toujours
le jour point
mais pour qui.


formes de peu — 62

bribes de sens tous nous
les mots sans savoir
traversent mais quoi
de l’immensité.

une clairière rêve.


hors — 34

somme toute
quelle
éclaircie

pour dire
où sont les mots
avant

que les ombres ne soient
le seul ici.


hors — 33

que ne soit
rien
hors du temps

comète
là-bas ce
peu de lumière
— comète —

l’ellipse que file
toujours
l’insondable vivre.