Archives de Catégorie: InLands

InLands xxx – #essais

une voix à la Nuit

nous un à l’obscur tisser nocturne
d’une voile réelle  une étoffe du rêve
quoi autre que nous pour
toucher l’avant de vivre  la rive vivre
porter
 rallier l’avant du vivre

qui toujours se dérobe.


InLands xxix #essais

nous que les ombres ne
peuvent nier — nous à delà
nous autre le visible
la fabrique des orbes
delà tout le visible

nous éphémères et
sans fin perdus parmi
le plus impondérable
nous sans noms inconnus absolus.


InLands xxviii #essais

nous ce plus haut moment
de où voir ferme les yeux
il n’y a  nulle Nuit
mais notre rouge errance

et les souffles dérivent
où les rêves enfoncent  surmontent
le coin d’un l’empreinte d’autres de nos sceaux
ouverts ici soudain.


InLands xxvii

nous à la paix des soirs
étrangers à la rive
à jamais l’incertain
nous — un silence — l’aube.


InLands xxvi #essais

nous d’ici sans partance
ici à quel autre consentir
à ce qui se dérobe
nous le proche invisible.
plus avant l’invisible.


InLands xxv #essais

nous la chute et l’envol
le feu pauvre à la rive
l’écume au noir des roches
par quoi nous passons brûlons d’être.


InLands xxiv

même de nous poussières les branches
diffuses de du possible es
dérouleront la vague
s’éploieront l’une l’autre
au vertige des formes.


InLands xxiii #essais

nous des souffles les corps
l’impondérable rien
par quoi laisser le chant
aller même l’abîme

nous d’accueillir les formes
parmi cela qui est
nous cessons de paraître
— notre demeure — un pas
atteste l’orbe vaste
invoque l’orbe vaste.


InLands xxii #essais

nous des aurores l’eau
que à la roche impassible
recueille de nous toujours à déferler
chute et ellipse mêmes.


InLands xx #essais

sinon ce rien la cendre
sous l’hiver –  ou le pas –
quoi de nous laisser là
nous déjà à l’ouvert.