Archives de Catégorie: passages

mobiles errants — 137

au bout de l’abrupt
où la roche cesse

un éclair absent

le haut vol des ombres
le bruit sourd des chutes

et la branche morte

et rien pour entendre
la chaleur déserte  du vent

d’encore l’été.

 


bloc/vers — 38

on n’entend plus que
quoi entend la nuit

le vent et sa main
démesurée nue
à courber ployer les arbres
jusqu’au point où rompre
dessine le fleuve

lui loin comme absent cela.


formes de peu — 25

d’un autre simple geste
— sans regret  l’heure   l’ombre
et le geste uns
 chaque — mais quelle main
ouvre trace la Nuit.


bloc/vers — 26

la roche du vent
aride de sel
l’estran loin désert
brille tout aride de sel
l‘estuaire est nu
unquel rêve un songe a laissé
ici des quelques pas d’oiseaux.


blocs/vers — 24.

la main s »est ouverte
— le monde se tient
delà toute tâche
— un rideau d’averse
referme le jour.


blocs/vers — 15

rompue plus nette singulière
soit la parole
d’aller elle toute une  contre elle
comme là — corde corps.


formes de peu — 5

l’averse d’été
dans et sur le matin doux
l’averse d’été
le vide encore des rues
évidente et claire
la ville où vivre respire.
obscurcie — par quoi?


mobiles errants — 130

le pouls contrebas
et le souffle ouvert libre tout

ouvert
on va

— la cognée du cœur
continue l’œuvrer

mais vers
où mène

cela qui là bat
— le silence est  — un dire

tout l’autre.

 

 

avant reprises:
la cognée du cœur
toute sous les yeux

ouverts

le pouls contrebas
et le souffle entier

mais vers

l’un qui est anime
l’inconnu entier où bat

quelle ombre quel autre.

 

 


mobiles errants — 127

sous sur les herbes hautes
l’été — un surcroît
jaunes blés d’étés

l’ombre mouvante

de connaître — une eau
peut-être plus claire

sous un le feuillage

— la source tangible
écoute le fait naître tout simple

d’  un chant léger.

 


mobiles errants — 116

comme_un l’autre parler d’aube
qu’attise le vent

le poème chaque voix

ou est-ce le feu est d’avoir
été toucher d’ombres

comme_un sable

où est reconnaître
qu’importe
le geste demeure
où est reconnaître

soi qui songe.