h3s 663

ce loin comme cri

est-ce la douleur
entendre les ombres
à leur douleur même
et l’instant hésite

haut avant le jour

ce qui est demeure
même massacré mutilé
on voit cela que passe outre

un vol migrateur


h3s 662

la nuit a ouvert

les temps plus avant
— la pluie hâle tout
au plus noir — ce bruit

son empan au songe

que sont les voix loin
dont et nul ne distingue
rien — comme à l’aveugle

on voit d’outre-rêve


h3s 661

la couleur détaille dépose

devant soi un jour
qui troue les feuillages
campé dans les feuilles
ou est-ce le vent

un ce feu pas à pas

si rare et si lent
qu’il ne ploie qu’au loin
la branche brisée

qui entend l’hiver

 


h3s 660

cet éclat du jour

et c’est parmi rien
une autre lumière
sans raison aucune

avant que ne sombre

les derniers brins d’herbe
que le vent inclinent
vont leur haute absence

calme — l’heure intacte


h3s 659

que le jour se lève

on va au devant
cela qui appelle
les ombres plus denses

l’instant brille court

sur les prés la brume
s’élève en feuillages
que le vent soulève

c’est bientôt la nuit


h3s 658

le temps a glissé

une roche noire
et la pluie bat nue
l’écorce des choses

ce peu de couleur

comme un monde tremble
delà — l’éblouie
inverse le songe

dessous les nuages

 


h3s 657

on va sans détour

on a beau revoir
l’aube éprise toute
de ce seul nuage

sans raison debout

la lisière cède
où court l’incendie
un autre pan croule

à même l’absence
sans plus aucun sens
et delà quoi reste


h3s 656

c’est parmi le monde

cela qui loin bruit
peut-être un feuillage
sans doute des voix

le retour des nuits

plus vastes que l’autre
l’ouvert sans regards
à quoi on aspire

on ne sait plus dire


h3s 655

comme ne plus rien

savoir ce qui est
le toucher de vivre
à quoi bon ici

attendre des aubes

les ciels se retournent
la nuit — sans sommeil
les mots aussi tombent

mais de leur don est tout autre


h3s 654

là juste là c’est

la broussaille sans
nom jeté aux ronces
celui très muet

ce qui cesse et ceux

sur la rive encore
sans même une barque
mais que  ce sont bien des feux

qui s’en vont devant