hs 218b

barrage
dedans soi
quel le feu la furie
et qui consume

ici le corps
se calcine
sans plus rien autre
à acquitter résoudre

que sa propre cendre et le vent delà.


hs 218

c’est hors
l’eau noire loin
encore des flaques
et le vent

quels grands cercles
emportent de leurs  dans sa mains
le feuillage rouge
dessous le bleu des ciels

un instant doux aux solitudes.


hs 217

nuit
déjà là comme elle passe
ici en voiles rouges
sous la ligne nue drapée bleu

des nuages
on ne voit plus que
la surface d’ombres
traversées

de quelle lumière d’où venue cette écume.


hs 216

c’est parmi l’erre
majeure du fleuve
que  — les pierres recouvrent
dessous les grands arbres

de grands bancs de sables
— ici le comme_un
du souffle va lumineux
se prendre ouvert et libre parmi la couleur

est-ce le vent — un murmure s’envole.


hs 215

quel autre
nom pour cet incendie
l’aube encore
serait-elle dernière

et nos ombres dessous
vers quelle destinée
aveugle lancées
par-delà leur erre

la lumière des mondes.


hs 214

depuis la couleur rouge
un japon d’érables
perle le sous-verre
des serres chaudes

là dans les ciels à tomber
des arbres les étoiles
toutes sont sans noms
d’être tant des riens
sous les souffles du vent

haut-perchées comme un rire enfant.


hs 213

la pluie
et le monde entre
plus au noir
dans la nuit

cela pour être
le plus clair en soi
cherche pierre de touche
on ne voit plus des ciels

rien sinon leurs déchirures.


hs 212

soir — où aller
des voix d’ici passent
dedans leurs jeux enfants
dedans le soir encore puis c’est la fin  du jour

d’où venue la forme
toute — comme des feuilles
au sol — la couleur au sol  claire
— anonyme transparente

on peut sans fin attendre là — mais quoi.

 


hs 211

sous l’arbre outre_monde
la brèche brisée
perle parmi fissure les ombres
lumière de peu ample et douce

la terre
noire et tiède encore
porte les derniers
fruits mûrs au creux du temps

la trace de quel pas delà chaque regard


hs 210

voix aussi
ces cris haut perchés
denses parmi
l’irréel feuillage

et la couleur
peu à peu
revient et puis s’estompe
sans se perdre

rester juste avant disparaître.