Archives de Tag: main

d’un passage XLI

de revenir tu n’erres pas
la courbe de tes pas n’est plus
posée même à même le sable
chaque pierre brille diffuse

autre dans le faire du jour
serait-elle égale elle-même
les grands courants qui l’équilibrent
demeurent flux de l’éphémère

qu’elle soit ici posée blanche
ses argiles mêlées de sel
auraient pu n’avoir pas la forme

que seul un devenir nocturne
sculpte — c’est cela que ta main
recherche toute dans l’éclipse.


fonds noirs X

à défaut de nommer
ce qui dans l’arbre passe
la racine du et le songe
l’ombre claire les de chaque branche

la blessure des creux
après la pluie d’été
— l’errance n’aura rien
eu autre mouvement

que celui qu’il te faut
reprendre sans cesser
ni discerner jamais

cela qui cristallise
au sein même des noirs
quand la main s’en absente.


d’un passage XXX

une voix chante

c’est bien là qu’il faut aller
encore peindre — toujours
dans l’aire dévastée sans
aucune ligne d’aucun

commencement l’apparence
est cette ténèbre d’être
contre quoi chaque jour tu
heurtes — aux vibrations des noirs

cela qu’on ne peut encore
ni nommer ni distinguer
engendre quelle harmonique

au cœur d’un même vertige
la main aveugle elle-même
a enraciné le geste

parmi les pierres.