h3s 719

le fleuve est sans visage

on entend comme il va
l’impassible devant
flue sans fin à jamais
par quoi il flue devant

on passe dans l’obscur

de méandre en méandre
la terre disparaît
seuls demeurent les ciels

des nuits soudain plus froides


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :