Archives de Catégorie: Icaria

hs 174

ce rien d’aube
entre-deux eaux
d’où toute parole
puise

aller au-devant
son propre soir et dire
toujours comme
demeure

l’ombre impensée au creux de soi.


hs 173

cela
que taisent les mots
cela au plus précis
de toute parole

un faire accordé
où le toucher retrouve
la sensation rythmique accordée
d’un vieux bois flotté nu

la musique des vagues toute à leurs silences la musique des vagues .


hs 172

pierres brutes
eaux noires des bitumes
les nuits sans la lumière
venue des rêves

on va
malgré soi entrer
dans le jour
sans

aucun espoir ni illusion.


hs 171

cela
parmi ce qui est
au dépli des ombres
un temps soudain ouvert

et quel dire accorder
au bruire des feuillages loin
aux brumes des matins
sinon aller pour soi entendre

le chant pour rien des mondes. où il n’y a pas de noms.


Hs hs 8

quel toujours
sans fin à faire
retour
au-devant des ombres

la clarté trop vive
a tari le torrent
derrière lui un ravin
de pierres — l’amont désert

une entaille vive à même la roche.


Hs hs 7

la ville autour / mais perdue déjà /  qui crie sans sommeil / des voix disccordes rient

rien n’est / sinon l’apparat en ruines / où la pierre sèche perce / coupante et blanche

un théâtre d’ombres salue les aubes.


Hs hs6

quoi autour / de la roche / une écharpe de vagues / de l’air

l’incertain toujours / à renouer sans fin / et enfin de soi / donner congé

à ce qui est rivage. 


Hs hs 5

quoi trace ici / sans rien autre / des courants porteurs / vie peut-être pour rien/ 

les jours ne vont pas /moins où les heures les brisent / sur l’écueil bien réel / assassin

que recouvre le temps. 


Hs hs 4

trop hautes dans la lumière /ces lignes depuis le bleu / toutes drossées au feu  réel /   comme  abstraites des flots

et rien ne relie /leur dire muet_ un plain chant /ô elles les refermées / ô elles les féroces

à qui est au cœur de la chute.


hs 170 (cadence heurtée)

quel autre
ici accordé
à même silence
le souffle

qui cesse ou reprend
comme pas le cœur
puis une lame de jour
dans les yeux ouverts

nous _ intervalles.