Archives de Catégorie: Icaria

h3s 105

plutôt la vie

la nuit sans nom
jamais ne se lasse
d’être la pierre

ici qui cherche

un air neuf
même de rien
pour peu  qu’il soit

sa ligne de fuite


h3s 104

sans un bruit

cela peu à peu
cela affirme s’avance
un silence

toute l’eau des nuits

un reflet
qui n’est plus rien
—  une goutte d’ombre

brille sur un brin d’herbe


h3s 103

la rumeur loin

des voix
à  peine des pas
la ville

que peut-elle dire

elle qui est
le sable même
tendu aux fers

du vent ou de l’absence


h3s 102

ce dehors clair

on entend du jour
vrai un chant loin
et la mélodique

du temps

qui passe outre
derrière des volets clos
pour entendre ce qui est

éphémère et sans fin


h3s 101

un sommeil noir

tout un autre
gouffre à béer
sans fin

qui règne dedans

les heures
ont calciné tout parmi
l’empan des songes
sans plus une ombre

soi sans partage


h3s 100

là un pré

les herbes
hautes encore
avant la faux

ouvert tout bruissant

sur la roche
l’écho des le peu d’  ombres
n’entend rien

— des grillons


h3s 99

dans le bleu

ce vol loin
où sont les oiseaux
tout en portées

des silences

quoi note
un dire
sans voir
là-bas proche

un nuage vrille


h3s 98

d’un pas l’autre

la même blessure
au flanc des mondes
toujours qui saigne

on va de soi

parmi la friche
se reconnaît un autre
chant infime  minime

où disparaître


h3s 97

cela malgré

les mots que disent
là l’immobile
la couleur absente

la détrempe grise

des oiseaux sont
dans le lointain
des ciels

où tout s’efface


h3s96

cela qui revient

un sol noir
hors toute limite
la cendre

le soir sort — des voix

loin soient les aubes
de quel moulin
l’abandon des paroles

un cri & de soi on s’éloigne