h3s.428

que laisse-t-on

un seuil
comme de la nuit

la portée du vent
juste et sans fin
et puis plus proche
le bruit de la pluie

hors de toute atteinte
un merle chante

bas dans le jardin


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :