_ _99

quels ces ciels sans pourquoi
corps tissés parmi rien

des reflets sous les branches
nouent comme_une parole
et son creux de silences
aux ombres de grands vents

puis le bruit d’un feuillage
ondule sur les eaux



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :