a_symétrie — 172

outre la friche
les ombres de fer
mêlées insensées
sans direction
ni lien ni rien

vers quoi ce peu quel souffle là-bas
si cela est
— une évidence —  que souffle là-bas
toutes les chacune des aubes songe
sinon l’évidence irrévocable
qui anime les feuillages.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :