_ _61

ce rien de vent fou chante
dans les arbres du loin
ils reprennent la courbe
lente d’un savoir sans

mots parmi les roseaux
ou l’image qu’ils furent
juste avant les risées
au miroir des eaux claires


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :