frm_29

ici la nuit et le temps
la cadence majeure d’être
les yeux levés vers les ciels
absents d’hiver et de gel
il y faut un songe entier
qui lie l’un à l’autre monde
et le noir entre au silence
de quoi passe sa lumière
on sait la fin des saisons
les feuillages loin que brûlent
les sels que les embruns portent
la rosée sur les talus
les sables rouges des ciels
choses que le vent emporte


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :