en allées 28

nuit
un rabot d’écume sur l’eau
et face à soi le vent
un mur
le souffle élague les arbres
de leurs branches les plus faibles
elles sont déjà au sol
où tout revient — humus
la lumière sans ombre
laisse passer des trouées
bleues
les oiseaux
muets
se terrent cachent


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :