en allées_83

déjà
les herbes folles hautes
autour d’un chevalet
de bois et de fer
la rouille ronge rouge
le métal
le vieux bois blanchi
durcit la lumière
on barre la voie
aux trains perdus fous
parmi leur seule vitesse
mais devant soi
demeure le songe
pris à la nuit des temps


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :