_ _149

la main vient se poser aimante

cela — un seuil infime
et le corps reconnaît
ce qui fut l’horizon

nous touche le grain d’un bois sombre

et toute demeure est
mémoire que le sable
renoue aux plus grands vents

où dire efface toute rive


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :