dans les mains de chaque aube

le premier cri d’oiseau
et c’est avant le jour
la vie toute éveillée

la brume d’été file

des comètes errantes
l’eau de toute parole
égare dans les ciels

ces songes comme absents


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :